Tout ce qu’il faut savoir sur le syndrome de l’essuie-glace

syndrome essuie glace

Le syndrome de l’essuie-glace est une des blessures les plus fréquentes chez les coureurs. C’est une blessure banale, mais qui peut être assez voire très pénalisante. D’où l’intérêt de comprendre comment elle peut se produire et donc comment l’éviter et la prévenir.

C’est ce que nous allons vous expliquer dans cet article, en plus de décrire brièvement les symptômes du syndrome de l’essuie-glace et le déroulement du traitement.

Qu’est-ce que le syndrome de l’essuie-glace ?

Parmi les syndromes et les blessures de surmenage communes chez les coureurs, le syndrome de l’essuie-glace est sans doute le plus fréquent. Il s’agit du syndrome de la bandelette ilio-tibiale, également appelé syndrome du Fascia lata et plus communément syndrome de l’essuie-glace ou tendinite au genou.

C’est donc une blessure du genou, plus précisément au niveau du muscle tenseur du Fascia lata. C’est le tendon de ce muscle qui relie la face externe du genou et la hanche. Et pour assurer la flexion lors de la course, ce tendon se déplace d’avant en arrière comme un essuie-glace, d’où le nom du syndrome. Il se peut donc qu’il se frotte plus qu’il ne le faut pour une raison ou une autre, et c’est ce qui provoque l’inflammation du tenseur de la bandelette ilio-tibiale (Fascia lata) qui subit alors une tendinite.

Comment reconnaître le syndrome de l’essuie-glace ?

Le syndrome de l’essuie-glace est facile à repérer, car la douleur ressentie est significative et localisée. En effet, et comme la bandelette ilio-tibiale relie la face externe du genou et la hanche, la douleur se situe principalement sur l’extérieur du genou et parfois aussi sur le long de la cuisse et dans le mollet.
Concrètement, vous ressentez une douleur caractérisée surtout par la sensation de brûlure lorsque vous pliez votre jambe. Elle apparaît après seulement quelques kilomètres de course et s’accentue si vous continuez jusqu’à ce que vous ne puissiez plus avancer. La douleur diminue dès que vous arrêtez et peut même s’estomper rapidement. Ce qui en plus d’être contrariant peut être truquant. On pourrait croire que l’on a guéri alors que la blessure est toujours là.

Quelles sont les causes du syndrome de l’essuie-glace ?

Comme expliqué avant, l’inflammation du tendon du Fascia lata est due au frottement anormal. Or celui-ci peut être causé par différents facteurs :

  • Le surentraînement : soit beaucoup de kilomètres ou une fréquence élevée. C’est la cause principale.
  • Le changement soudain : hausse de vitesse ou de kilométrage, ou passage à un terrain plus difficile.
  • L’entraînement sur un terrain trop bombé, en côte et en descente.
  • L’utilisation de chaussures non adaptées à la course ou trop usées. Il se peut aussi que l’utilisation de nouvelles semelles ou chaussures provoque le syndrome de l’essuie-glace.
  • La prise de poids significative.
  • Les mauvaises habitudes : manque d’hydratation, abus d’alcool, mauvaise technique de course.
  • Les faiblesses et les déséquilibres musculaires, en particulier ceux du tronc, des hanches et des fessiers, car ce sont les muscles stabilisateurs.
  • Une condition particulière qui affecte l’angle d’attaque telle qu’avoir la jambe arquée ou les pieds en canard.

Comment prévenir le syndrome de l’essuie-glace ?

La tendinite au genou peut être une blessure banale, mais la soigner peut prendre plusieurs mois et vous empêcher de vous entraîner pour longtemps. Il est donc important de la prévenir en évitant les éventuelles causes :

  • Éviter la surcharge d’entraînement en choisissant la bonne vitesse, la bonne fréquence et le bon kilométrage.
  • S’étirer suffisamment après la course pour détendre les muscles et les tendons, et ainsi éviter les risques de frottement.
  • Utiliser des chaussures et semelles adaptées et de qualité, et les changer quand c’est nécessaire.
  • Renforcer les muscles stabilisateurs et restaurer l’équilibre grâce à des exercices appropriés.
  • S’hydrater suffisamment et ne pas abuser de l’alcool.

Que faire quand le syndrome de l’essuie-glace apparaît ?

Quand la blessure se produit, il faut d’abord arrêter l’entraînement et consulter un médecin de sport. Bien que les symptômes du syndrome soient évidents, il se peut qu’il s’agisse d’une autre pathologie qui se situe aussi sur la partie extérieure du genou. C’est le cas par exemple du ligament collatéral externe.

Si le diagnostic montre bien qu’il s’agit du syndrome de l’essuie-glace, c’est au médecin traitant de déterminer le traitement adéquat. En plus du repos sportif modéré, plusieurs techniques peuvent être utilisées comme la physiothérapie effectuée par un kiné, le glaçage local, les étirements du Fascia lata et les ondes de choc. Le glaçage local, l’application de crème sur le genou et la prise d’anti-inflammatoires pourront être utilisés pour soulager la douleur.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *